The One-time-only Internet Meme: Books

I thoroughly hate internet “memes”. In fact, I even hate the cheap bastardization of an interesting, yet mostly unrelated, word in order to give some sort of legitimacy to what is, in fact, nothing more than a 21st century take on the braindead chain letter thing, mixed in with a bit of “glad you asked, let me tell you all about myself” blogger hubris.

However, Bunny asked. Soon to be joined in the peer-pressure effort by our favorite bible-reading cosplay freak. And I can’t decently turn a cold shoulder on them without justifiably being labeled a stuck-up killjoy. Plus I do need a diversion from coding and who can resist a bit of self-serving writing every once in a while (all right: not like this whole blog is anything else in the first place).

So here goes… Expect a rather freestyle approach to the whole meme-answering thing, though.

Since this one was asked in French and it’s been a while: I doubled the effort and made a bilingual post.

Je hais profondément les “mêmes” internet. En fait, je déteste même la récupération douteuse d’un terme au sens complètement différent, pour désigner une tradition qui doit beaucoup plus aux stupides chaînes de lettres du siècle dernier, doublées d’une bonne dose de narcissisme, qu’à une quelconque transmission dans l’inconscient collectif de concepts auto-propagateurs.

Néanmoins notre Bunny helvète préférée a gentiment demandé, suivie par un certain geek neurosé. Je pouvais difficilement refuser sans passer pour un pisse-froid…

Je cède donc à la pression, et vous présente en exclusivité le premier et dernier “même” à jamais paraître sur ce blog. J’ai néanmoins pris de grandes libertés avec le format.

Vous noterez aussi, je l’espère, l’effort inhabituel pour répondre en français.

How many books a year do you read?

A shitload.

I guess it won’t really come as a surprise to anybody that I have always been the bookworm type (I got rid of the coke-bottle glasses ever since, thank you very much). Learnt to read around 5, and immediately proceeded to methodically go through my dad’s library in its entirety. How was I to know that this kind of vanity library, where the opus of every single noticeable classic author spreads over shelves of finely bound gold-engraved volumes, is only meant as a way to decorate your study, not as a reading list for impressionable young minds. My parents didn’t either, otherwise they’d probably have seen that I didn’t start my reading years with the complete works of Marcel Proust, Geoffrey Chaucer and Friedrich Nietzsche.

Sadly, living in a country where I have the reading level of a 5-year old has put a serious cap on my reading habits. To be fully honest: work, miscellaneous hobbies, the sudden emergence of a social life around age 16, and above all, the damn internet, have all contributed toward dramatically lowering the 100 books-a-year rate of yore, down to a fluctuating few dozens; more when my trips abroad allow me to pack on reading material. Moving to a beach house in Madagascar with a few trunkful of books and enough supply for a year of gin tonic is still part of my projects for a very near future.


Combien lisez-vous de livres par an ?

Un paquet.

Cela ne surprendra personne d’apprendre que j’ai toujours été un rat de bibliothèque (je me suis débarrassé des lunettes en cul-de-bouteille depuis, merci bien). J’ai appris à lire vers 5 ans, et immédiatement entrepris de lire méthodiquement la bibliothèque de mon père dans son intégralité. Je n’étais pas censé savoir que ce genre de bibliothèque couverte des oeuvres complètes de tous les auteurs classiques, en volumes reliés et dorés sur tranche, est plus là pour la décoration que pour être lu par de jeunes esprits facilement influençables. Apparemment, mes parents non plus, sinon ils auraient probablement veillé à ce que mes premières années de lectures n’incluent pas les oeuvres complètes de Marcel Proust, Geoffrey Chaucer et Friedrich Nietzsche.

De nos jours, à cause de mes différentes occupations, des gribouillages bizarres dans lesquels sont écrits les livres du coin, de l’émergence d’une vie sociale depuis mon adolescence ainsi que, ne nous voilons pas la face, les méfaits de l’interweb, mon rythme de lecture a dramatiquement baissé. Je dois tourner autour d’une vingtaine de livres par an. Plus, quand mes voyages me permettent de ramener des réserves de lectures accessibles sans l’aide d’un dictionaire. Retourner vivre dans une cabane au bord de la plage dans l’Océan Indien avec quelques malles de bouquins et suffisamment de réserve pour une année de gin&tonic, fait partie des plans les plus sérieusement considérés dans mon futur proche.


What’s the last book you bought?

It’s pretty hard to tell, seeing how these days, I buy my books by bunch of twenty, whenever I make it to a friendly western shore. I think it might be Lie Zi’s Cannon of the Perfect Void (title translation is mine: I am not even sure this book’s ever been translated into English: I bought the French translation last year in Paris. French title was: Le vrai classique du vide parfait by Lie Tseu), minor part of the early taoist canons, and slightly disappointing in fact.

Quel est le dernier livre que vous ayez acheté ?

Difficile à dire: ces jours-ci, j’achète mes livres par caisse, à chaque fois que je parviens à m’échapper pour les contrées occidentales. Je crois qu’il s’agit du Vrai classique du vide parfait par Lie-Tseu. Un écrit mineur de la littérature taoïste, et un peu décevant en fait.


What’s the last book you read?

Tractatus Logico-Philosophicus, by Ludwig Wittgenstein?

Ok. Just kidding. But if anybody asks, that’s what.

I always have at least two or three ongoing books at the same time. Last ones would be Antonin Artaud‘s highly deranged Umbilical Limbo and the much lighter Sputnik Sweetheart (「スプツニク恋人」) by Murakami Haruki, both good reads.

Quel est le dernier livre que vous ayez lu ?

Tractatus Logico-Philosophicus, de Ludwig Wittgenstein?

En tout cas c’est ce que j’emmène à chaque fois que je prend l’avion pour le déposer bien en évidence dans la pochette devant mon siège.

J’ai en permanence trois ou quatre livres que je lis en parallèle. Les plus récents seraient, je pense, L’ombilic des limbes du très atteint Antonin Artaud, ainsi que dans un ton infiniment plus léger: Les amants du spoutnik (「スプツニク恋人」) par Murakami Haruki. Tous deux de bonnes lectures.


List 5 books that matter a lot to you or that you particularly enjoyed.

I am pathologically bad at lists. Even more so with books, seeing how I do not even care to attempt ranking the thousands of books I have read, and wouldn’t know where to start anyway.

All I can offer is a glimpse at my bare-bone travel library, which holds some of the books I just couldn’t bring myself to give away or leave behind with a friend, each time I moved country. They do not represent my “definitive top 5 list”: some are only there because of the memories they keep with them. Others because I enjoy opening them and reading random excerpts, every once in a while.

  • Lao Tzu – Tao Te Ching: not my personal bible by any stretch, but most definitely a great book to leaf through. At any rate: the best value for your page count.
  • Albert Cohen – Solal (and any of the few other books he wrote): because I am still an angsty teenage girl at heart. And also because he’s the best damn writer there ever was.
  • Douglas Adams – Hitchiker’s Guide to the Galaxy: overplayed as it is, it still might be the funniest book I have ever read. And Douglas Adams is one of the only sci-fi writer who can write.
  • Italo Calvino – Il barone rampante (The Baron in the Trees): childhood’s reading that still works for any age, by one of this century’s most brilliant author.
  • Charles Baudelaire – Les Fleurs du Mal: even though I am not much of a poetry reader, it’s yet again one of the best read for your buck: easy to carry around (the rather dilapidated pocket edition I own has been following me in my backpack for over ten years now) and fit for every mood. Plus: perfectly fits the angsty teenage part mentioned above.

Listez 5 livres qui comptent beaucoup pour vous ou que vous avez particulièrement appréciés.

Je ne suis pas très bon avec les classements. Non seulement je n’aime pas beaucoup, j’y vois peu d’intérêt et serais incapable de dresser un inventaire organisé des milliers de livres que j’ai pu apprécier par le passé. D’habitude, quand on me demande des recommandations (ou même quand l’on ne m’en demande pas et que je viens de finir un livre que j’aime), j’ai tendance à donner les derniers livres que j’ai lu, plutôt que de chercher dans un quelconque panthéon personel de la littérature.

A défaut, voici quelques titres relevés parmi la très maigre collection de livres qui ont survécu à mes déménagements successifs. Guère plus qu’un échantillon des livres que j’aurais tendance à rouvrir régulièrement, ou qui portent une valeur affective particulière.

  • Lao Tseu – Tao Te Ching: Certainement pas ma bible personelle. Mais un livre qu’on ne se lasse pas de feuilleter. Et un rapport contenu sur nombre de pages imbattable.
  • Albert Cohen – Solal (et n’importe quel autre de ses ouvrages): parce que dans le fond, sous des dehors cyniques peu convaincant (si, si…), je suis toujours une midinette. Et aussi parce qu’Albert Cohen enfonce tous les auteurs du XXe siècle d’une seule main.
  • Douglas Adams – (Hitchiker’s Guide to the Galaxy): populaire jusqu’à l’écoeurement, c’est néanmoins le livre le plus drôle jamais écrit. Et Douglas Adams est l’un des rares auteurs de science-fiction à avoir le moindre talent d’écriture.
  • Italo Calvino – Il barone rampante (Le Baron Perché): une lecture d’enfance qui marche pour tous les ages, par l’un des plus brillants auteurs contemporain.
  • Charles Baudelaire – Les Fleurs du Mal: bien que n’étant pas lecteur avide de poésie, c’est encore une fois l’un des meilleurs rapport au poids: facile à emporter n’importe où (la version poche en lambeaux que je possède me suit depuis plus de dix ans) et adapté à toutes les humeurs. En plus, ça aide énormément à construire mon image de génie maudit.


Who are you going to forward this (3 blogs) and why?

Nobody.

For each “meme” forwarded on the blogosphere, God kills a kitten. And I’d rather do that myself.

But do feel free to take the ball and run with it: either post a link to your own entry or answer directly in the comments.
A qui allez-vous passer le relais (3 blogs) et pourquoi ?

Personne.

Car pour chaque même relayé dans la blogosphère, Dieu tue un chaton dans d’atroces souffrances. Et je préfère le faire moi-même.

Mais vous êtes cordialement invités à participer en répondant vous même aux questions directement dans les commentaires ou en postant un lien vers votre entrée.